Que cherchez vous ?

Filtre

Tête brûlée, femme et reporter de guerre

3,65

Le syndrome de la tête brûlée, Catherine Jentile connaît bien. Pendant quinze ans, elle a sillonné la planète du Liban aux Balkans pour la grand-messe du 20 heures de TF1. Femme, reporter de guerre, spécialiste du Proche-Orient, Prix Albert-Londres 1998 pour son reportage sur le camp palestinien de Chatila, c’est une vie hors du commun qu’elle évoque, à l’heure où elle a décidé de tourner la page. À travers mille anecdotes, souvenirs de bombardements, morts tragiques, mais aussi fous rires avec l’équipe ou les contacts devenus amis, elle raconte cette vie dans l’urgence, le danger permanent, et l’angoisse de la sacro-sainte “diff” (le direct au journal). “Croisement de Mère Teresa et Joseph Kessel”, cette fille de photographe de guerre a choisi son mode de vie : passionnée d’actualités, on sent qu’elle aime les départs toujours précipités, les sensations fortes qui permettent d’échapper à un quotidien trop morne, le travail d’équipe dans un milieu majoritairement masculin. Hormis quelques anecdotes – la première rencontre avec Arafat, l’interview de Saddam Hussein à quelques jours de l’invasion du Koweït – on n’apprend pas grand chose sur le détail des conflits qu’elle a traversés. Plus que son analyse, c’est son indignation intacte que Catherine Jentile livre ici aux lecteurs. Indignation face à l’injustice, aux morts, à l’indifférence du public. Mais aussi fierté d’avoir traversé les conflits, “d’avoir vécu” et rapporté les témoignages de ceux qui souffrent un peu partout. –Maya Kandel ” Couvrir ” les guerres pour la télévision est plutôt considéré comme un métier d’hommes et pourtant, depuis plusieurs années, les femmes s’imposent sur ce terrain. Parmi elles, un visage, une voix, ceux de Catherine Jentile. La guerre du Liban, la guerre Iran-Irak, l’Algérie, l’Afghanistan, les Territoires palestiniens, Israël, la Russie, les Balkans…, elle rend compte des soubresauts tragiques de la planète pour les journaux télévisés de TF1. Mais une vie de grand reporter ne se limite pas à des interventions sur l’écran et Catherine Jentile témoigne ici de l’envers du décor : les départs précipités, la vie au quotidien sur le terrain, son cortège d’angoisses, de rencontres, de désespoirs et de fous rires. Souvenirs indélébiles pour cette passionnée d’information à qui ne sont pas épargnées parfois les situations les plus loufoques ; par exemple, un jour qu’elle est en direct au téléphone, au milieu d’une fusillade, n’entend-elle pas la régie lui réclamer : ” Tu pourrais pas aller plus loin ? Il y a trop de bruit autour de toi ! ” Une existence hors du commun pour cette journaliste qui avoue une terrible phobie de l’avion ! Un texte plein de larmes, d’émotions, de tragédies et d’humour décapant. Plon. 2001. In-8. Broché. Bon état, Couv. convenable, Dos satisfaisant, Intérieur frais. 153 pages.. . . . Classification Dewey : 848-Ecrits divers, citations, journaux intimes, souvenirs, mémoires

Rupture de stock

Être notifié quand il est de nouveau disponible



Auteur : Catherine Jentile

Éditeur : Plon

ISNB 13 : 9782259194891

ISNB 10 : 2259194893

Nombre de pages : 153

État du livre : bon état

Reliure : broché

Poids : 250 gr

Largeur : 14.1 cm

Longueur : 22.5 cm

Épaisseur : 1.5 cm

L’édition livrée peut éventuellement différer de celle commandée.

Parrainer un ami
0
0
Votre panier
Votre panier est videRetourner vers la boutique