• XIII, Tome 4 : SPADS

      4,00

      On l’appelle XIII. Faute de mieux. Car l’homme n’a plus d’identité. Blessé d’un coup de feu à la tempe, il a perdu la mémoire. Seul indice : le chiffre XIII tatoué sous sa clavicule gauche. Il décide de partir sur les traces de son passé. Mais il n’est pas seul : de mystérieux tueurs cherchent à l’abattre, l’obligeant à se lancer dans une course éperdue pour sa survie. Il découvre alors qu’il est “le meurtrier le plus haï et le plus recherché de toute la planète”, accusé d’avoir assassiné le président des Etats-Unis… Inspiré par un thriller de Robert Ludlum (La Mémoire dans la peau), le scénariste Jean Van Hamme (auteur de Thorgal et de Largo Winch) a imaginé un récit haletant aux rebondissements incessants, magistralement servi par le graphisme réaliste de William Vance (dessinateur de Bruno Brazil). Avec plus de trois millions d’exemplaires vendus, XIII s’est imposé comme la série de référence de la bande dessinée d’aventures et d’espionnage.

    • Gaijin, Tome 1 : Les étoiles au-dessus de Tokyo

      4,50

      Tokyo, 2007. Tatsutomu Hazamada est un bon policier, mais aussi un homme fidèle à son clan. Jusqu’au jour où il se trouve au mauvais endroit, au mauvais moment, et se voit contraint à un choix qui risque de déclencher une guerre sanglante entre le clan Fujimoto et le clan Rokuda. On lance alors sur ses traces un tueur qu’une seule personne peut arrêter : Alex Otoishi, le Gamin.

    • Hell School, tome 1 : Rituels

      3,50

      Située sur une petite île française, l’école de l’excellence est un établissement ultra-privé extrêmement rétrograde, dont les résultats ne sont plus à démontrer – le cauchemar de tout adolescent normalement constitué. Ainsi, le simple refus de Bastien, Hina et Boris de participer au bizutage suffira à les mettre au ban de toute vie sociale… ce qui leur laissera tout le temps d’enquêter sur les bizarreries de cette « École-Prison », comme la scolarisation gratuite des orphelins, ou les décès qui ont frappé ces mêmes orphelins au cours des dernières années !

    • Le réseau Madou

      3,00

      Nous avons ici affaire à un récit de genre, plus précisément à une intrigue de détective ou d’espionnage à l’anglaise, mais déplacée en Belgique et avec un héros boy-scout bien dans la tradition des héros franco-belges. Le décor est placé à Bruxelles dans les années trente, dans la tension de l’imminence de la guerre.
      Un ami du jeune héros Thierry Laudacieux est animateur d’une émission radiophonique consacrée au jazz, et, nous l’apprendrons rapidement, à la tête d’un réseau de contre-espionnage américain. Il apprend de son état-major que l’un des membres de son réseau est un traître, et doit au plus vite «enfumer la taupe» et retrouver le coupable, ce qu’il entreprend de faire avec l’aide de son jeune ami qu’il a mis dans le secret de ses opérations.

    • L’Agent

      13,50

      Pour certains, la magie est un mythe. Pour d’autres, c’est une arme. Et si la sorcellerie existait bel et bien ? Si nos croyances, superstitions et légendes n’en étaient pas ? C’est ce que découvre Rhym, jeune lieutenant des stups, lorsqu’elle se retrouve confrontée à l’impossible. En pleine surveillance d’un deal dans le métro, alors qu’un suspect tue son indic comme par magie et plonge toute la station dans la folie à l’aide d’une simple poignée d’herbe, Rhym s’en sort miraculeusement indemne. Elle ne le savait pas mais elle est une sorcière. Et elle va soulever l’intérêt d’une unité bien particulière des services secrets français. Un groupe d’agents spéciaux qui, comme les criminels qu’ils traquent, maitrisent l’art de la sorcellerie… Bienvenue dans un monde où mieux vaut porter une amulette qu’un gilet pare-balles, et où une simple malédiction par mail vous détruira plus surement qu’une bombe. Entre polar, espionnage et fantastique, Mathieu Gabella et Fernando Dagnino signent un récit d’action puissant et cinématographique. Une aventure autoconclusive.

    • L’assassin habite au 21

      6,70

      Sept victimes en deux mois et demi – sept crânes fracassés. Et l’assassin a signé tous ses meurtres en abandonnant un bristol sur les lieux : il s’appelle Smith…

      Smith… La police londonienne est sur les dents, et les milliers de Smith de la capitale connaissent des moments difficiles.
      Jusqu’au jour où une piste fortuite conduit le Yard du côté de Russel Square.

      C’est là qu’habiterait l’assassin, au 21. Mais lequel de tous les hurluberlus – plus étranges et plus pittoresques les uns que les autres – qui peuplent la pension Victoria pourrait bien être Mr. Smith ?

    • XIII, Tome 1 : Le jour du soleil noir

      5,00

      Un solide gaillard aux allures de baroudeur se retrouve sans nom, sans passé, sans souvenir, dans un lieu inconnu. Son seul début d’indice pour découvrir son identité est un chiffre, XIII, qu’il porte en tatouage. Sa position est d’autant plus inconfortable qu’une bande de tueurs est à ses trousses. De plus, il découvre que de hautes personnalités civiles et militaires s’intéressent à lui. Ce récit d’espionnage a pour cadre un pays moderne non précisé, mais qui ressemble fort aux Etats-Unis. La longue traque se poursuit d’un album à l’autre et Jean Van Hamme distille peu à peu les informations sur le passé du héros, qui semble lié à l’histoire récente de son pays. Le scénario, qui mêle aventure et fiction à l’histoire de ces vingt dernières années, est mis en image par William Vance. Son trait réaliste et précis apporte une crédibilité totale et campe un héros sympathique, attachant et énigmatique à la fois. Après un bref passage dans l’hebdomadaire SPIROU en 1984-85, les aventures de XIII paraissent directement en albums chez Dargaud à un rythme régulier d’un album par an. Cette série s’impose déjà en quelques années comme un best-seller et se positionne comme un classique.

    • Paci, tome 1 : Bacalan

      6,00

      Dans Paci, une trilogie dont voici le tome 1, Vincent Perriot raconte l’histoire de Pacifique, un homme qui, alors qu’il vient à peine de sortir de taule, est contacté par son ancien employeur pour reprendre son job de livreur de drogue… À peine sorti de prison, Pacifique, alias Paci, est contacté par son ancien boss, Ashram, pour reprendre son job de livreur de drogue en voiture. Mais il veut se ranger, ce qui n’est pas du goût de tous. Les vieux réflexes reviennent, seule issue pour Paci : comprendre son passé pour mieux l’affronter. 1er des trois volets de Paci, un pur polar français contemporain ; une série puissante et enlevée sur le monde de la drogue. De l’énergie à l’état brut !

    Start typing and press Enter to search

    Panier

    Votre panier est vide.